Veran Émilie

Architecture du quotidien

MENU

Profil

Ma réflexion sur le travail de l’espace, se caractérise par une architecture contextuelle, sensorielle où l’usage est le moteur de toute réflexion.

Mon intérêt porte sur la relation avec l’utilisateur dans la définition de ses besoins. Comprendre son mode vie, ses habitudes, afin de réaliser un projet au plus juste.
Cette relation d’écoute et de dialogue, permet d’adapter le processus de création, dans l’aboutissement d’un projet « unique ».
Un réel travail pédagogique est mis en place auprès des futurs utilisateurs, dans la transmission et compréhension du projet.
La posture de dialogue est pour moi l’essence même de la profession d’architecte, répondre à un besoin aux enjeux humains immense.

Mon approche du projet est également physique, j’interroge du regard les éléments urbains pour donner corps à « un déjà là ».
L’observation, l’analyse et la compréhension du contexte dicte la ligne formelle du projet, qu’elle soit en rupture ou en intégration.
J’aspire à concevoir des projets que je qualifierai de «silencieux», de part leurs matérialités, leurs formes et leurs implantations.
Un projet qui s’aperçoit pour ensuite se laisser appréhender dans sa globalité, et non donné comme une omniprésence urbaine.

Mon objectif est de créer des espaces ou les sens sont en éveil,  l’architecture étant porteuse d’émotions.
A chaque élément du programme est associé un son, une impression, un désir ou une envie.
Les différents espaces d’un bâtiment ne sont pas interchangeables car chacun d’entre eux est clairement identifié.
Chaque fonction est interprétée et associée à des perceptions. Perceptions obtenues par un travail sur la matière, les couleurs, la lumière et la spatialité.

Afin de mener à bien, cette vision architecturale, une étroite collaboration avec les entreprises, les collaborateurs, précieux savoirs faire, est indispensable.
Le projet, à mon sens, n’est pas figé, de la conception à la réalisation, l’adaptation est nécessaire autant pour l’entreprise dans la mise en œuvre, que pour le maître d’ouvrage dans la compréhension spatiale du projet. Cette évolution est possible, dans une aventure où chacun se doit d’écouter, de communiquer, d’interroger l’autre.